Association francophone de diffusion de l'entretien motivationnel

Page mise à jour le 14 août 2013

Les liens entre l’entretien motivationnel et la psychologie sociale

13 juin 2013

Avant l’élaboration d’une théorie propre à l’entretien motivationnel par Miller & Rose en 2009 (théorie sur laquelle nous reviendrons dans un prochain article), plusieurs théories issues de la psychologie sociale ont été utilisées pour expliquer les mécanismes d’efficacité de l’EM. Geneviève Herfroy, psycho-sociologue, nous propose ici sa vision de l’articulation entre l’EM et la psychologie sociale.

Ce texte est extrait d’un mémoire rédigé par Geneviève Herfroy intitulé « Les médecins généralistes sont-ils suffisamment formés à l’entretien motivationnel pour assurer la prise en charge du tabagisme de leurs patients ? ». Geneviève Herfroy est enseignante en sciences sanitaires et sociales, diplômée en psychologie du travail et titulaire d’un diplôme interuniversitaire en tabacologie. Si vous êtes intéressés par ce mémoire, contactez-nous.

C’est dans le cadre de la prise en charge des patients en alcoologie que l’entretien motivationnel a vu réellement le jour. Avant de développer sa propre démarche, l’entretien motivationnel s’est fondé sur l’approche centrée sur la personne de Carl Rogers (1), la balance décisionnelle de Janis et Man (2), le sentiment d’efficacité personnelle de Bandura (3), la théorie de la réactance de Brehm (4).

liensL’entretien motivationnel s’appuie également sur la théorie de l’engagement de Kiesler (1971). Pour ce dernier, l’engagement repose sur cinq facteurs que sont la liberté associée à la réalisation de l’acte, le caractère explicite de l’acte et son caractère plus ou moins irrévocable, le nombre d’actes réalisés et l’importance de l’acte pour l’individu. Un acte est d’autant plus engageant qu’il est coûteux, répété et irréversible, un acte public est plus engageant qu’un acte privé et enfin un acte émis dans un contexte de libre choix est plus engageant qu’un acte émis dans un contexte coercitif. Kiesler considère le facteur de liberté associée à la réalisation de l’acte comme le facteur central servant probablement de médiateur aux autres. Ce facteur désigne le sentiment qu’a l’individu d’être libre dans son choix de réaliser ou non l’acte. On peut se servir, pour manipuler ce sentiment de liberté, du langage (« vous êtes libre de refuser de… »), de la promesse d’une récompense forte (dans ce cas l’engagement est faible) ou faible (dans ce cas l’engagement est fort).

L’entretien motivationnel repose également sur la théorie de la dissonance cognitive de Festinger (1957). La consistance entre cognitions pouvant être considérée comme une sorte d’optimum psychologique, Festinger s’intéresse aux cas où cet optimum ne serait pas atteint et parle alors de dissonance. Elle apparaît lorsqu’une cognition nouvelle est en contradiction avec des cognitions qui sont déjà ancrées dans l’univers mental du sujet, conduisant à un état de tension. C’est cet état de tension que l’individu va chercher à réduire. (5)

Des psychologues sociaux, Joule et Beauvois (1998, 2002), développent ces théories de l’engagement et de la dissonance cognitive avec leurs applications concrètes dans des domaines variés en soulignant les limites entre la manipulation et la soumission librement consentie. (6) (7)

De plus, l’entretien motivationnel doit faciliter le passage d’une attitude (une pensée) à la mise en œuvre d’un comportement (un acte). Un patient peut être convaincu que fumer n’est pas bon pour la santé et continuer de fumer. Il faut donc que la communication soit persuasive et engageante. Il ne suffit pas de donner de l’information, d’argumenter, de donner des exemples irréfutables, il faut que la communication change l’attitude et le comportement sans que l’individu ait l’impression qu’on lui dicte ce qu’il doit faire. Les bases théoriques ont été élaborées par Hovland, Janis et Kelley (1953) qui se sont intéressés aux caractéristiques de l’émetteur à l’origine du message, au contenu du message, au canal utilisé et aux caractéristiques de l’auditoire. Par ailleurs, selon la théorie de l’action raisonnée de Fishbein et Ajzen (1975), la relation entre attitude et comportement passerait par la formulation d’une intention comportementale. Si celle-ci est présente, l’attitude influencera le comportement. Elle représenterait les facteurs motivationnels qui conduisent à l’action. Elle indiquerait l’intensité de la volonté pour l’accomplissement des actions requises afin d’atteindre des objectifs, l’intention étant déterminée par deux éléments que sont l’attitude vis-à-vis du comportement et les normes subjectives ou les pressions sociales (5).

  1. Rogers Carl. Le développement de la personne, Editions Dunod 1966
  2. Janis I, Mann L. 1977. Decision Making : A Psychological Analysis of conflict, Choice and Commitment. Free Press. P 512
  3. Bandura A. 1977. Self-efficacity : Toward a Unifying Theory of behavioral Change. Psychological Review, 191-215
  4. Brehm J.W. 1966. A theory of psychological reactance. Academic Press
  5. Delouvée Sylvain, Psychologie sociale, Editions Dunod mai 2010, « attitude et changement » p 64-p 83
  6. Joule Robert-Vincent, Beauvois Jean-Léon, La soumission librement consentie – Comment amener les gens à faire librement ce qu’ils doivent faire ?, Editions PUF 1998
  7. Joule Robert-Vincent, Beauvois Jean-Léon, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Editions PUG 2002

Suivre l'AFDEM

Recevoir notre lettre d'information par e-mail

Nos formations

Formations de base

  • 16, 17 et 18 janvier 2017 - Strasbourg (complet)
  • 6, 7 et 8 mars 2017 - Paris (complet)
  • 17, 18, 19 mai 2017 - Paris (complet)
  • 21, 22, 23 juin 2017 - Paris (complet)
  • 16, 17, 18 octobre 2017 - Paris (complet)
  • 15, 16, 17 novembre 2017 - Paris
  • 20, 21, 22 novembre 2017 - Strasbourg
  • 4, 5, 6 décembre 2017 - Paris

» informations » inscriptions

Formations d'approfondissement

  • 12, 13, 14 juin 2017 - Paris (complet)
  • 27, 28, 29 novembre 2017 - Paris

» informations » inscriptions

Formation à l'utilisation du MITI 4.2

Une formation à l'utilisation du MITI 4.2 aura lieu du 12 au 14 juin 2017 à Paris. La formation sera animée par Rachel Green et Danielle Pinsonneault.. Le tarif est de 500 € pour les inscriptions individuelles et au titre de la formation continue. Deux places au tarif réduit de 300 € sont proposées pour les étudiants et les demandeurs d'emploi. Vous pouvez vous inscrire via le lien ci-dessous.

» informations » inscriptions

Formation à l'EM en Groupe

Une formation de 3 jours à l'utilisation de l'Entretien Motivationnel avec un groupe aura lieu du 25 au 27 septembre 2017 à Paris. La formation sera animée par Jacques Dumont, Bruno Leroy et Emeric Languérand. Le tarif est de 600 € pour les inscriptions individuelles, et 980 € dans le cadre de la formation continue. Vous pouvez vous inscrire via le lien ci-dessous.

» informations » inscriptions

Formations de nos partenaires

Retrouvez sur cette page les annonces de formations de nos partenaires.

» Annonces de formations

Espace Adhérents

Supervision

Après une formation en entretien motivationnel et une mise en pratique régulière, la supervision est un moyen essentiel de continuer à progresser dans sa maitrise de cette approche.

Supervision individuelle – À partir d’un enregistrement audio d’un entretien que vous nous fournissez, un formateur réalise une évaluation quantitative et qualitative de votre entretien (cotation MITI), et vous fait une restitution par écrit et par téléphone.

» En savoir plus…

Supervision en groupe – Au sein d’une équipe ou d’un groupe constitué et formé, l’AFDEM peut intervenir sur plusieurs séances pour proposer un travail de supervision en groupe.

» En savoir plus…

Lettre d'information

» S'abonner

Contacts

AFDEM
Hôpital Nord 92
75, avenue de Verdun - BP 98
92394 Villeneuve la Garenne cedex
France

» Nous écrire